Oslo CCTC meeting 2017

Ce message est également disponible en : English (Anglais)

Oslo 2017
Belles rencontres et conférences aussi pertinentes qu’inspirantes.

J’ai eu la chance de remplacer Kommer Kleijn à La Réunion annuelle du CCTC de imago qui s’est tenu à Oslo à l’occasion de conférence sur le cinéma digital. Je vais donc vous en faire un petit compte- rendu
Le CCTC, ? Un acronyme mystérieux qui cache une nouvelle version du bon vieux « comité technique »  devenu le « Committee for Creative Technologies in Cinematography » …. C’est un changement de point de vue qui s’opère et je ne peux y voir clairement un lien de causalité mais : Pour la première fois depuis la création du comité nous étions trois représentantes pour 5 représentants.
Le comité poursuit deux projets concrets
Le premier consiste en l’élaboration d’une liste de demandes particulières aux fabricants. Le texte réclame par exemple l’accessibilité de certains réglages qui sont pour le moment gérés en interne par le système de la caméra ou par le software qui gère la débayerisation de l’image RAW en post-production. Ces demandes seront communiquées dans cadre des News lettres de imago soyez donc attentifs car le comité sera réceptif à vos éventuelles réflexions et commentaires….
Le deuxième bébé du CCTC est la création d’un label IMAGO attribué aux salles de cinéma qui respectent certains critères. Ces étoiles pourraient être fièrement exhibées par l’exploitant et ainsi rassurer le spectateur sur la qualité de la projection qui va lui être proposée. Une expérience pilote va être menée en Norvège. La méthode proposée par le représentant norvégien repose sur la participation active des exploitants qui souscriraient eux-mêmes leur candidature en répondant aux questions types du formulaire établi par le CCTC. En fonction des réponses une étoile leur sera envoyée. Cette méthode qui fait appel à l’honnêteté des participants a le mérite d’être très facile à organiser. Serons-nous les candidats pour le deuxième tour ?.
En plus de ces deux projets concrets, nous avons eu beaucoup de très instructives discussions à propos du HDR et des nouveaux (mais encore lointains) écrans LED.

Dave Stump (ASC) nous a fait l’honneur de sa présence et nous avons pu l’interroger à loisir sur les travaux du comité technique de l’ASC ainsi que sur les habitudes de post production de l’autre côté de l’Atlantique.
Ensuite le comité s’est joint au public de la conférence bisannuelle d’Oslo sur le cinéma digital. En fait de conférence le pluriel conviendrait mieux. Pas moins de 13 présentations ? Et deux master class étaient à l’affiche. Le HDR était le sujet du moment mais nous avons aussi pu entendre Jannicke Mikkelsen qui nous a relaté avec humour son expérience en VR et en 3 D sur le concert des « Queen ». Les constructeurs ont envoyé leurs ingénieurs en ambassade. Les commerciaux déjà en route pour l’IBC n’étaient que peu représentés ce qui convenait très bien au public présent. C’est donc Dr Tamara Seybold de chez Arri qui nous a parlé de la gestion du bruit dans les processus de traitement d’image autant dans la caméra que lors de la débayerisation du raw en post-production. (À l’entendre nous devrions tout tourner en raw….)
J’ai été particulièrement intéressée par la démonstration limpide de Dave Stump sur l’exposition et autres précautions liées aux tournages en HDR.

Luciano Tovoli et  Luca Bigazzi nous ont présenté leur travail au cours de deux master-class. Ils ont ajouté la touche Historique et artistique à l’évènement. Il faut remarquer que nous étions hébergés par la cinémathèque de Oslo qui dispose d’une excellente projection. Les copies restaurées des films présentés par nos « masters » en ont bien profité. Je veux ici saluer l’excellente modération de ses rencontres.
Il me reste à remercier Paul-René Roestad et la FNF pour la qualité de l’accueil et la pertinence du choix des orateurs.

Ella van den Hove SBC